19/07/2006

pourriture

 

Les jours passent et je vis mes dernières heures à Bruxelles, demain et jeudi, dire au revoir aux compagnons de galère, leur promettre de se revoir, faire des vœux pieux.

J’ai dû laisser ma place, au côté de l’Amiral. Je l’ai voulu mais après deux ans passé seul maître à bord, au courant de tout, je ressens un pincement au cœur. Trois semaines de vacances et il n’y paraîtra plus.

A tout le moins, aurai-je marqué des points, placé des pions et l’Amiral, pour me remercier, m’a fait des confidences sur un coin de table, m’a appris le cancer qui ronge la Compagnie, c’est un challenge, certes, mais la pourriture la plus grave n’est pas celle que j’ai vue.

08:36 Écrit par marco dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

*** Reprendre la route ... creuser un nouveau sillon ... tourner des pages ... Heurs et difficultés de la vie ...

Écrit par : E. | 20/07/2006

marquer des points à Bruxelles, c'est capital, non ?

Écrit par : joseph | 20/07/2006

Les commentaires sont fermés.