31/05/2006

prédation

On travaille désormais dans une optique palliative et non plus curative. Ce sont ses mots, entre des nouvelles de son fils et des travaux dans sa maison. Comme si c'était normal, presque anodin. Je ne sais pas quoi répondre à son courriel, j'ai peur d'être maladroit mais surtout je ne sais pas quoi dire, parce que les gens qui meurent ont tort, c'est de leur faute, ils l'ont cherché, tu penses, elle fumait comme un pompier, alors un cancer, c'est normal, hein ? et puis ce jeune de mon âge qui s'est jeté contre un poteau électrique, il roulait trop vite, pour sûr, pas de pitié, ca ne m'arrivera pas.

Et ce vieillard qui s'est approché de mon bureau l'autre jour, le regard vide et la tête pleine d'alzeihmer, il baragouinait qu'il voulait un abonnement de golf, j'ai cru comprendre de quoi il me parlait, j'ai revu mon grand-père, ma grand-mère, je me suis revu, j'ai vu la mort qui attend un rien sadique en prenant le thé, et puis sa femme a surgit, s'est excusé pour lui, la tiré par le bras, laissant ses yeux bleus me fixer, elle fuyait, le bousculait, excusez-le monsieur, il fait alzeihmer, il s'égare vite, je ne peux pas relâcher mon attention une seconde, ses mots s'enchaînaient, je lui en ai voulu de ne pas m'expliquer, de ne pas s'épancher, mais tu sais, c'est de sa faute aussi, elle s'est perdue.

Je n'aime pas cette odeur.

Mais je ferme les yeux. Et ça passera.

22:41 Écrit par marco | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

*** si densément humain ... Merci.

Écrit par : E. | 01/06/2006

beau texte ... mais le scorpion tique un peu sur l'illustration qui aurait du représenter le crabe (le mot me fait peur !)

Écrit par : joseph | 01/06/2006

Les commentaires sont fermés.