09/05/2006

étale

Il y a de la misère humaine plein mes armoires mais ce n'est pas grave, parce qu'on est enfin utile ici, les indigènes en ont besoin, les Amiraux sont loins d'ici, et le temps s'écoule différement.

Je suis zen, enfin, à nouveau. J'ai juste besoin de prendre mes marques, d'encore un peu de temps.

Ca vient, tout doucement, ca monte comme une mayonnaise, faut la bonne température, les bons ingrédients. Et le tour de main.

L'Amiral sera remplacé, mais aucune crainte, j'ai placé mes pions.

Et puis la Compagnie est loin, si loin...

12:37 Écrit par marco | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Hirsute Je découvre ton site avec surprise.
Une façon triviale de faire connaitre le mien:

"Nos boissons puent et le ciel coule de gris grassement

Le seul vrai rêve est de faire dégueuler son pot d'échappement dans l'air peu vicié des campagnes. Rouler infiniment en tentant de ne jamais regarder sur les côtés, derrière. Ensuite je verrai bien. Je suis fortement décontenancé par ma road expérience/intérieur/galère que je ne contrôle pas. C'est une non-road story bousillée par mon incapacité à planter le décor."

La suite sur http://hirsute.hautetfort.com

Écrit par : andy verol | 09/05/2006

Les commentaires sont fermés.