18/04/2006

Marie du Bayou

Tu sais quoi, Marie ? J’ai encore pensé à toi ce week end sans savoir pourquoi. De la pluie sur le carreau sans doute puis ce calendrier perpétuel qui avance vers la saison des ouragans.

Trois posts effacés depuis ce matin, Marie, et ton poème dans mon cœur, quatre lignes d’un anglais argotique.

Je t’ai rêvé, Marie, ton prénom français, ton premier flirt espagnol et nos discussions électroniques dont je ne comprenais que ce qui m’arrangeait.

J’ai pensé à un projet de documentaire, une caméra et un carnet de notes, parcourir la Louisiane avec pour seuls indices ton prénom et tes écrits vains d’adolescente perdue dans le bayou.

Le reportage s’éterniserait sur mes errances dans le sud, sur mes pas perdus, et mon carnet qui resterait vide, parce que tu vois, Marie, je me persuade que je peux écrire, que je le dois, mais la vérité, Marie, c’est que je peux plus, que je ne peux pas, qu’il n’y a rien à dire, que mes v(a)ines bouillonnent, que mon stylo sèche. Le papier est blanc, les trains avancent, et je m’endors, et me persuade, et m’égare. Je ne sais pas où aller, Marie, ni même où je le veux. Je n’ai pas de réponse. Ni même de question, comme tu me le disais, toi qui écrivais pour échapper à la moiteur et à l’absence, au vide et à la pluie. Je ne sais pas pourquoi je veux écrire, pourquoi j’écris, pourquoi il le faut, pourquoi c’est nécessaire. Ni même que dire de cette vie que je ne comprends pas, que je ne vois pas, et qui file, Marie, déjà huit années, Marie, où en es-tu ?

Et je ne trouverai pas, Marie. Forcément. Parce que c’est impossible. Parce que je ne le veux pas réellement.

Et puis : que te dirai-je ?

14:22 Écrit par marco | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

/+/ qu'est ce que ca fait drôle de lire ca ...
j'ai l'impression d'avoir vécu ça !

Écrit par : /+/ | 18/04/2006

Prénom elle s'appelle Marie ton inaccesible étoile ,alors que j'hésiterais entre Hayley, Jane, Michelle, et tant d'autres amis perdus de vue

Écrit par : joseph | 19/04/2006

Les commentaires sont fermés.