20/02/2006

le bayou "Cherche-la-Vérité"

Toucher le fond du bassin, sentir ses poumons comprimés, la pression qui devient forte et tourne la tête, n’entendre que les clapotis de l’eau, le calme et la mort, sombre et bleue. Et apaisante.

Les faïences pâles contre la plante de ses pieds, les petits joints de ciments usés par le chlore. Le bruit des plongeons, grave et sourd, la myriades de bulles d’air, le nageur prend appui contre le fond pour remonter au plus vite, les bras en avant.

Nager les yeux fermés, pour se rendre compte que l’on glisse, que l’on lutte, que l’on avance malgré tout, malgré l’absence de référent.

Et puis ouvrir un regard neuf et trouble.

Oui, c’est un peu plus dur que prévu. Mais c’est désormais un challenge.

Plus une erreur. Ni une tare.

16:08 Écrit par marco | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est pour ça qu'enfant j'avais tant peur de plonger et d'aller toucher le fond de la piscine !

Écrit par : pierrot | 20/02/2006

le plongeon il y a ce moment juste avant de toucher l'eau , dommage qu'après il faille ressortir ! finalement je préfère l'eau gélée des patinoires , on prend des pelles mais on boit pas la tasse !

Écrit par : joseph | 22/02/2006

Les commentaires sont fermés.