15/02/2006

vrac

Un post par semaine, je tiens la moyenne.

 

Que de bonnes nouvelles pourtant. Si la Compagnie semble bien décidée à inventer l'accostage en haute mer (oui...), je devrais bénéficier d'un joli canot de sauvetage et d'un zoli poste de vigie dans un des comptoirs de la Compagnie, de l'Autre Côté du Rideau de Betteraves.

 

Je vais désormais sans béquilles. Je suis surpris de pouvoir marcher comme ça de suite, mais elle m'y a autorisé, après m'avoir chaudement félicité.

 

Des remèdes, des recettes, des points à surveiller. La bonne voie, le sourire au lèvre, les yeux qui rient. Progès.

 

Voilà. Et même s'il faut attendre trois bonnes semaines pour être bien sûr que je peux à nouveau gambader comme bon me semble, je suis fier du chemin accompli, en un an, et c'est un peu comme le bifidus : le bien à l'intérieur se voit à l'extérieur.

 

Et un yahourt entier avec ça !

13:07 Écrit par marco | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

;-) c'est clair que cela se voit ! ;-)

Écrit par : gdnouns | 15/02/2006

Les commentaires sont fermés.